Taille
Imprimer

Renseignements utiles

Fleuve St-Laurent - Ses îles et ses phares

Le fleuve Saint-Laurent est le gagne-pain de bien des gens.

 

Depuis plus de 300 ans, des pilotes guident les navigateurs afin de les mener à bon port. Longtemps, les pilotes pouvaient aussi compter sur le travail des gardiens de phare qui veillaient toute la nuit sur le fleuve noir afin de guider les marins.

 

Aujourd’hui, la plupart des phares sont automatisés, mais le Saint-Laurent est placé sous la haute surveillance des gardes-côte.

 

Îles & phares
Véritables sentinelles de la mer, les phares sont de fiers témoins de l’histoire.

 

Le Québec compte 43 phares traditionnels situés sur l’une des nombreuses îles du Saint-Laurent ou sur le long du littoral. Construits afin de rendre plus sécuritaire la navigation des marins sur le fleuve, ces phares ont joué un rôle important étant donné les difficultés de navigation de cette voie maritime : les hauts-fonds, les courants et les fortes marées. Les phares ont perdu de leur utilité au fil du temps et ont vu quitter leurs derniers gardiens suite à leur automatisation et la découverte de nouvelles technologies.

 

Désormais considérés comme des lieux historiques, plusieurs phares connaissent une deuxième vie grâce à leur transformation en musées ou en lieux d’hébergement. La visite de ces phares restaurés permet de découvrir une facette de l’histoire du Saint-Laurent, d’expliquer leur utilité dans le passé, le travail de gardien de phare et leur vie de famille, d’observer la nature et la faune qui les entoure en plus d’apprécier des paysages époustouflants !

 

 

 

Des incontournables...

L'île Verte

 

L’Île Verte est située dans l’estuaire du Saint-Laurent, tout juste à 2 km de la rive sud, face à la municipalité de l’Isle Verte. Construit en 1809, le phare de l’Île Verte est le tout premier phare à voir le jour le long du Saint-Laurent. Six gardiens de phare et leurs familles ont vécu dans cette enclave isolée jusqu'à son automatisation en 1972. C’est à ce moment que quitta le dernier gardien du plus vieux phare du fleuve Saint-Laurent. La tour fût désignée monument historique national en 1974. Aujourd’hui, il est possible de le visiter pour admirer toute la superficie de l'île et observer quelques baleines à l'occasion.

   


 

L'île Rouge

 

En plein centre du Saint-Laurent, au large de Tadoussac est située l’Île Rouge. Cette toute petite île sert de refuge ou d'escale à plusieurs espèces d'oiseaux. Construit en 1848, le phare qui s’y trouve fut habité jusqu’en 1988. L'Île Rouge a offert des séjours fort inusités, en plein milieu du fleuve jusqu’à tout récemment.

   


 

 

Les Îles du Pot à l’Eau-de-Vie

 

À 11 km au large de Rivière-du-Loup se trouve un archipel, composé de trois îles, connu sous le nom des îles du Pot à l’Eau-de-Vie où nichent de grandes colonies d’oiseaux aquatiques. L’une d’elles, appelé le Pot du Phare abrite un phare construit en 1862. Ce dernier fut abandonné en 1964 et restauré en 1989 par l’équipe de la Société Duvetnor qui l'exploite aujourd'hui en tant que gîte touristique. Le phare de l’île du Pot à l’Eau-de-Vie a été classé monument historique national par le gouvernement du Canada.

   


 

L'île aux Lièvres

 

Également administrée par la Société Duvetnor, l’Île aux Lièvres s’étend sur 13 km et abrite une faune ainsi qu’une flore des plus diversifiées. Vouée à la conservation des milieux naturels et de la faune, cette île du Saint-Laurent offre des dizaines de kilomètres de sentiers pédestres ainsi que toutes les installations nécessaires pour y séjourner. Accessible à quiconque veut bien la découvrir, les animaux domestiques et les vélos y sont cependant interdits. Sur l’Île aux Lièvres, on y retrouve une abondante colonie de phoques, divers oiseaux marins et animaux tels que le lièvre d’Amérique, la souris sylvestre, la couleuvre, bien des reptiles et surtout quelques 20 000 eiders à duvet, de nombreux cormorans et petits pingouins.

   


 

Pointe-aux-Pères

 

Construit en 1909, le phare de Pointe-au-Père est le deuxième plus haut phare au Canada. Haut de 128 marches, son architecture avant-gardiste a inspiré bien des peintres célèbres avec son style plutôt rare dans l'histoire des phares canadiens. Le phare de Pointe-au-Père a joué un rôle primordial dans l'histoire de la navigation sur le fleuve Saint-Laurent. Il est maintenant considéré comme un lieu historique national du Canada. En face du phare, se trouve le Site historique maritime de la Pointe-au-Père qui raconte l’histoire du navire EMPRESS OF IRELAND qui s’est engouffré dans le fleuve Saint-Laurent en 1914. Remorqué du port d’Halifax jusqu’au site actuel et halé sur la terre ferme à la fin de l'année 2008, il est ouvert au public depuis 2009.